OverGround : {BANNER_TITLE}
Page d'accueil
Quoi de neuf?
Politique et mission
Articles
Ressources
Glossaire
Foire aux questions
Nous contacter
 

Articles

Théorie | Art | Témoignages | Articles

Cet article par courriel Cet article par courriel Imprimer cet article Imprimer cet article

Un aspirant par procuration

par J.

Lon (Leonidas Frank) Chaney (1883-1930) était une star du cinéma muet. Il était enfant unique de parents tous deux sourds-muets avec qui il communiquait en partie par mimique et en partie par la langue des signes, ce qui fut probablement une formation idéale pour une future étoile du cinéma muet. Il eut une longue carrière jouant dans une centaine de films avant d'atteindre le statut de star. Ayant un visage aux traits plutôt marqués, il joua principalement des bandits dans la première partie de sa carrière. Ses principaux succès se succédèrent alors qu'il se spécialisait dans des rôles de caractère avec un penchant vers "Le grand guignol". Il développa des techniques de maquillage pour le cinéma et incarna une galerie de personnages grotesques aux visages horrifiants. Il joua le Banc Aveugle dans la version de Tourneur de "l'Île au Trésor", et plus tard le notable Fagin dans Oliver Twist. Peut-être le plus horrible de ses visages fut le maquillage qu'il développa pour la version originale du "Fantôme de l'Opéra", dans laquelle son visage, transformé par des dispositifs aussi extrêmes que l'insertion d'anneaux de métal dans les narines, ressemblait à un crâne vivant. Le maquillage qu'il avait développé déformait fortement les muscles de son visage et il souffrait considérablement quand il lui était appliqué. Il semble avoir pris une (perverse ?) satisfaction à souffrir pour son art. Il développa également des techniques d'emprisonnement de son corps dans des harnais afin de complètement modifier son apparence. Il joua par exemple Quasimodo dans la version muette du "Bossu de Notre-Dame", portant une bosse réputée peser quinze kilos et un harnais pour le tenir plié qui en pesait vingt autres. Le maquillage incluait un globe oculaire écrasé et un appareil dentaire qui devait presque certainement être extrêmement inconfortable à porter. Les extrêmes déformations physiques et faciales qu'il était prêt à subir ont été reconnues par le bon mot circulant à Hollywood : "Ne marchez pas dedans, quoi que cela puisse être, cela pourrait être Lon Chaney."

Il a joué des amputés bilatéraux dans deux films. Je n'ai vu aucun de ces deux films bien que j'en ai vu plusieurs images extraites. Dans le premier, "La Pénalité" (1921), il jouait un criminel qui avait perdu les deux jambes. Pour ce rôle, ses jambes avaient été pliées en arrière et fermement liées. Il portait des manchons en cuir serrés sur les genoux. L'image extraite du film, reproduite dans Brownlow (1979) pp. 128 - 129, le montre debout sur une table, autour de laquelle travaille un groupe de femmes tissant des chapeaux de paille. Il se soutient avec une béquille sous son bras gauche et tient l'autre avec sa main gauche. Il a saisi une des femmes par les cheveux et lui lance des regards noirs. Il souffrait énormément du bandage de ses jambes, souffrance aggravée en marchant et en sautant sur ses genoux.

Dans le deuxième, "L'Inconnu" (1927), dans lequel il figure au côté de Joan Crawford et dirigé par Todd Browning, un autre amateur de l'étrange, il est Alonzo le Grand, un lanceur de couteau sans bras travaillant dans un cirque. Alonzo le Grand était supposé avoir eu ses bras amputés pour l'amour d'une fille qui ne supportait pas être tenue dans les bras d'un homme. Pour ce rôle, les bras de Chaney étaient fermement maintenus le long du corps par une camisole de force. Il y a quelque confusion dans les différents synopsis de ce film. Certains prétendent que le personnage d'Alonzo s'était vraiment fait amputer les bras, et d'autres impliquent qu'il avait seulement feint de se les être fait amputer et qu'il avait bien deux bras normaux, les ayant employés pour assassiner quelqu'un. Mais il aurait été pris parce qu'un témoin avait observé les mains du meurtrier, mais pas le reste de son anatomie, et qu'une des mains avait six doigts. Alonzo fut pris quand on découvrit qu'il avait bien deux bras et qu'il avait six doigts à l'un des deux mains.

Suivant les standards actuels, les deux films seraient considérés d'un goût extrêmement douteux, encore que l'Inconnu ait été réalisé par la Metro-Goldwyn-Mayer, généralement peu connue pour être une maison sordide, et à l'époque aucun ne semble avoir attiré de critique significative sur cette base.

Lon Chaney est mort en 1930 d'un cancer des bronches. Il venait d'achever son premier parlant, dans lequel évidemment, il jouait plusieurs voix. A la mort de son père, le fils lourdeaux de Lon Chaney, Creighton, un acteur singulièrement peu charismatique avec une gamme minuscule, changea son nom en Lon Chaney Junior et devint presque une partie permanente des réserves de la société Universal dans le deuxième cycle de ses films d'épouvante à la fin des années trente et c'est le fils qui est d'habitude associé au nom. Mais c'est le père, Lon Chaney lui-même, qui de par sa prédilection pour la douleur auto-infligée et son obsession pour l'incarnation des extrêmes variations du corps humain, est un macabre rappel d'un des aspects les plus sombres des champs de foire et des cirques, l'exposition de monstres.


Bibliographie

Hollywood: The pioneers
Kevin Brownlow (1979)
Collins, London.
Horror Movies: An illustrated survey
Carlos Clarens (1971)
Panther Books, London.
Halliwell's film goer's and video viewer's companion
Leslie L. Halliwell(1989)
Grafton, London
A film encyclopedia
Ephraim Katz (1979)
Thomas Crowell, New York.
Plus d'informations concernant Lon Chaney peuvent être trouvées à l'Internet Movie Database.
Cet article par courriel Cet article par courriel Imprimer cet article Imprimer cet article

This site also exists in English  -  © OverGround 2017