OverGround : {BANNER_TITLE}
Page d'accueil
Quoi de neuf?
Politique et mission
Articles
Ressources
Glossaire
Foire aux questions
Nous contacter
 

Articles

Théorie | Art | Témoignages | Articles

Cet article par courriel Cet article par courriel Imprimer cet article Imprimer cet article

Une séance de photos chez Ampworld.de

par Paul

A noter que l'auteur n'est en quoi que ce soit lié avec Ampworld.de et que ce témoignage est fourni à titre gracieux.

Cinq heures du mat' était une heure fort matinale pour me réveiller ce samedi matin en juillet dernier. Comme il pleuvait et qu'il y avait du vent, c'était aussi un temps typiquement belge pour cet été. Le programme de la journée était d'aller chercher Eva et de la conduire en Allemagne pour aller retrouver Mina et Markus, à leur domicile, en une petite ville très proche de la frontière avec les Pays-Bas, en vue d'y faire une séance de photos. Le trajet aurait dû prendre deux heures, mais plusieurs chantiers routiers sur les autoroutes néerlandaises le prolongèrent d'une demi-heure. Finalement, nous arrivons chez Mina et Markus, qui nous accueillent devant leur maison. Mina et Markus sont mariés et sont les propriétaires du site web Ampworld.de.

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas Ampworld.de, il s'agit d'un site web qui produit des photos professionnelles de modèles féminins amputés. Bientôt, il y aura aussi des modèles masculins, parce qu'une demande à cet égard s'est manifestée de façon répétée. Les photos et vidéos d'une qualité supérieure sont ensuite vendues grâce au réseau de membres du site. L'argent provenant de ces ventes contribue à financer le site web, les séances de photos et surtout, ce qui est le plus important, permet aux modèles, qui n'en ont pas toujours les moyens, de s'équiper de prothèses de bonne qualité. Beaucoup de ces modèles viennent de pays d'Europe orientale, où il est difficile de s'équiper en bonnes prothèses à des prix raisonnables, en particulier pour les amputés fémoraux, où il est essentiel de disposer de bons cuissards.

Ampworld.de est un site qui eut quelque peine à démarrer, jusqu'à ce que, voici trois ans, Markus rencontra Mina. Celle-ci est est une jeune et jolie amputée fémorale originaire de Roumanie, un pays où les invalides sont toujours fort déconsidérés et mis à l'écart. Quand elle avait sept ans, Mina fut renversée par une voiture, alors qu'elle traversait la rue. Son genou fut à ce point abimé qu'il fut nécessaire de lui amputer la jambe. Des soins médicaux de piètre qualité et l'insuffisance de sang de son groupe faillirent la faire mourir ce jour-là à l'hôpital. Sa bonne constitution lui permit de récupérer et, plus tard, elle rêva de devenir modèle de photographe. En fait, on peut dire qu'elle a l'allure et la prestance parfaites pour un tel métier, à l'exception de sa jambe, bien entendu. Honteuse d'être "une infirme", ce dont on la qualifierait dans son pays, elle se décida, un beau jour, à se présenter à un casting de modèles pour photos, sans révéler qu'elle portait une jambe artificielle. Elle marche si bien avec sa prothèse que personne n'y fit attention au départ. En outre, les modèles demandés ne devaient montrer que la tête et les épaules, si bien qu'il semblait que les jambes n'eussent aucune importance. Ce ne fut malheureusement pas le cas, et quand on apprit qu'elle souffrait d'une invalidité, peu importe laquelle, elle fut renvoyée chez elle sans avoir pu même se présenter.

C'est alors qu'elle entendit parler de ce site en Allemagne, qui recherchait des femmes amputées pour en faire des modèles. Elle envoya une lettre de candidature et fut rapidement invitée à venir en Allemagne y faire une séance de photos. Ampworld.de lui payait son voyage de Roumanie en Allemagne et d'Allemagne en Roumanie, ainsi que le logement et tous les frais durant son séjour, ce qui est encore toujours le cas aujourd'hui pour tous leurs modèles. Ces derniers sont en outre rémunérés, mais assez faiblement. Il faut bien savoir que la plupart des amputés, qui sont engagés pour faire de la publicité pour des prothèses, ne touchent que très rarement une rémunération quelconque, et, quand ils en reçoivent, ce ne sont que des clopinettes. On leur dit souvent: "Vous devriez déjà être bien contents qu'on vous engage pour vous photographier".

Dès qu'il rencontra Mina, Markus, qui s'occupait déjà de Ampworld.de et des séances de photos, en tomba amoureux et la réciproque ne tarda pas. Ils se marièrent trois mois plus tard et leur union persiste dans un bonheur mutuel jusqu'à ce jour.

Mina saisit immédiatement la valeur et les possibilités du site web de Markus, tenant compte du fait que les invalides de son propre pays étaient à ce point déconsidérés, ce qui était particulièrement vrai pour les femmes amputées. Elle se rendit vite compte que ce n'était pas dans son pays seulement que ces malheureuses étaient discriminées, mais dans tous les pays d'Europe orientale, qui avaient connu le régime soviétique. Même en Europe occidentale, mais dans une moindre mesure, les amputé(e)s sont victimes de discriminations.

Les femmes amputées ont particulièrement besoin qu'on leur fasse comprendre qu'elles ont toujours un potentiel de charme et d'attrait et qu'elles peuvent dès lors servir de modèles professionnels aux photographes. Cela pourrait avoir pour conséquence que le point de vue du public de tous les pays à leur égard, et particulièrement des amputé(e)s, se modifie.

Avec l'aide enthousiaste de Mina, de nouvelles femmes furent engagées comme modèles pour des séances de photos. Beaucoup d'entre elles n'auraient jamais envisagé de sortir de chez elles sans prothèse et encore moins de se faire photographier ainsi. Les photos en résultant seraient en outre éditées et proposées à la vente. L'image qu'elles se font d'elles-mêmes et la confiance qu'elles ont en elles sont souvent fort détériorées. Une de ces modèles avait réussi à cacher son moignon huméral à son petit ami pendant plus d'un an!

L'intérêt grandit vite et, bientôt, des candidatures arrivèrent de partout dans le monde, même de femmes qui avaient déjà participé à des shows télévisés aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni, comme, par exemple, Kelly ou Debbie, ou encore aux États-Unis, comme Jennifer qui parcourt son pays avec un spectacle de danse acrobatique et artistique... alors qu'elle n'a pas de jambes!

Quelques semaines plus tôt, Eva avait pris contact avec OverGround. Elle fit savoir qu'elle était une amputée et qu'elle ne parvenait pas à accepter sa condition. Elle annonça avoir bien dans les quarante ans, mais, comme je m'en aperçus bientôt, elle ne parait pas plus que trente-cinq ans. Elle est Belge d'origine turque, une importante communauté en Belgique, et elle habite une grande ville wallonne, pas trop loin de Bruxelles, où j'habite moi-même. Après un échange de quelques courriels, nous convînmes de nous rencontrer en chair et en os, ce que nous fîmes. Et nous avons ainsi passé quelques heures ensemble sur une terrasse de café exposée au vent, à boire cafés et thés. Eva m'exposa son histoire et moi je lui expliquai qui j'étais.

Quand elle avait neuf ans, Eva passa sous un camion et ses deux jambes furent sérieusement endommagées. L'une d'entre elles dut être amputée au-dessus du genou, tandis qu'elle put finalement garder l'autre, qu'elle avait failli perdre aussi. On la plongea pendant deux mois dans le coma pour l'opérer une fois tous les deux jours à peu près, puis sa convalescence lui prit encore une année.

Mais la vie continue et Eva put se marier entre vingt et vingt-cinq ans. Elle mit au monde quatre enfants, trois filles et un garçon. Maintenant, elle est divorcée. Il semble que son mari ne l'ait jamais vraiment acceptée comme elle était, ou, plus exactement, ce sont les parents de son mari qui ne l'ont jamais acceptée, et cela finit par saper les fondements de son mariage.

Jusqu'il y a peu, Eva était dans l'ignorance totale que des hommes considèrent des amputées comme attirantes, non pas en dépit de leur amputation, mais précisément à cause de leur amputation. Elle était désireuse d'en savoir plus sur ce phénomène des fervents, finalement prenant contact avec OverGround pour s'informer.

Quand elle eut fini de me raconter son histoire, notre conversation s'orienta pour la plus grande part sur la communauté des fervents, et ce que j'en pensais. Au cours de cette conversation, j'attirai l'attention d'Eva sur le fait que certaines femmes amputées s'étaient impliquées dans la production de séries de photos et de vidéos d'elles-mêmes et d'autres amputées, prenant pour exemple la société de Carol Davis, parmi d'autres. Eva était fort étonnée et désirait en savoir davantage. Je lui dis qu'à mon sens, la seule organisation sérieuse qui ferait cela serait Ampworld.de.

Bien qu'elle ait déjà servi de modèle pour un magasin orthopédique en Hollande, Eva n'avait jamais pensé qu'il serait possible de se présenter dans son état naturel. Même si elle se considère, à bon droit, jeune et jolie, Eva n'avait jamais considéré que le bas de son corps pût être regardé avec intérêt. Elle était surtout préoccupée par ses cicatrices et, dans une moindre mesure, par son moignon. Elle se décida dès lors à se faire connaitre d'Ampworld.de et à voir ce qui adviendrait. Elle prit contact avec Mina, et même si Eva ne parle ni anglais ni allemand, tandis que Mina ne parle ni français ni turc, le contact se fit immédiatement dans la bonne humeur, grâce aux machines à traduction automatiques. Ces deux dames extraordinaires devinrent aussitôt de bonnes amies.

Ampworld.de n'accepte généralement pas de candidatures à des séances de photos émanant de personnes plus âgées que 35 ans. Mais, à la vue des photos d'Eva, ils eurent du mal à croire qu'elle avait 46 ans. Cependant, pouvait-on imaginer une femme mentant sur son âge, en se faisant plus vieille qu'elle n'est? C'est pourquoi, Mina et Markus ne tardèrent pas à proposer à Eva de venir faire une séance de photos. Comme Eva ne connait pas l'anglais, j'ai proposé de l'accompagner, tant en qualité de chauffeur que d'interprète. Au surplus, j'étais très curieux de voir de mes yeux comment se présentait l'organisation d'Ampworld.de. J'avais déjà eu des contacts par Internet avec Markus dans le passé, mais nous ne nous étions jamais rencontrés en chair et en os.

C'est ainsi qu'Eva et moi sommes arrivés ce samedi matin, dans la cuisine de Mina et Markus, où nous déjeuné, tout en discutant avec eux de l'organisation de cette séance de photos pour ce jour-là.

Tandis que Mina s'occupait d'Eva en la maquillant, la coiffant et lui fournissant les vêtements adéquats, Markus et un de ses amis préparaient le décor, qui allait occuper la plus grande partie de leur vaste salon. Markus possède des appareils professionnels de prises de vue, tant pour des photos que pour des vidéos et l'éclairage dont il dispose est aussi tout à fait professionnel. Ni Mina ni Markus n'étaient au départ des spécialistes de ce qui fait leur activité actuelle, soit la coiffure et l'habillage pour Mina, ou la photographie ou les tournages de films pour Markus. Mais, après avoir appris leur métier avec des professionnels et l'avoir approfondi par eux-mêmes, puis l'avoir exercé durant plusieurs années, ils peuvent certainement se revendiquer d'une expertise dans leur domaine respectif.

Une bonne heure plus tard, Eva est enfin prête à se faire photographier dans le premier décor. Dix autres séances vont suivre durant toute la journée, chacune avec un décor et un habillage différent. Il est bon de souligner à cet égard qu'Ampworld.de ne fait jamais de photos de nus et n'a aucune intention d'en faire. C'est une politique explicite d'Ampworld, dont les modèles sont informées avant leur engagement. Les modèles devront toujours être habillées, ne fût-ce que d'un bikini et, même cela, seulement si elles s'y sentent à l'aise.

Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'Eva est nerveuse. Pour la première fois de sa vie, on va la photographier telle qu'elle est : une femme amputée. Mais elle reprend vite confiance et commence à se déplacer sur la scène, prenant la pose comme une professionnelle, tandis que Markus prend les photos, dans des positions qui défient souvent les lois tant de la physique que de l'anatomie humaine. Mina et moi regardons dans deux appareils enregistrant les prises de vue pour fournir la matière à éditer ultérieurement.

Après avoir porté deux ou trois types de vêtements de style et attirants, Eva se présente maintenant avec une paire de béquilles et sans sa prothèse. C'est pour elle une autre première, car la plupart du temps, elle ne quitte pas sa prothèse. Il est exact que le cuissard de sa prothèse s'adapte très bien, ne lui causant aucun problème ni à son moignon ni à sa vulve, ce qui arrive malheureusement trop souvent avec des prothèses pour amputées fémorales. Elle enfile sa prothèse et l'enlève comme elle le ferait d'une chaussette, en une seconde, comme elle le démontra par la suite. Et cependant, après avoir enfilé sa prothèse le matin au saut du lit, elle ne l'enlève que le soir au moment de se coucher ou quand elle prend une douche. De nouveau, Eva devient de plus en plus sûre d'elle-même au fur et à mesure que Markus la bombarde de ses coups de flashes et de prises de vues.

La journée se passe donc ainsi, dans une atmosphère joyeuse, avec la seule interruption des changements de toilettes d'Eva, jusque vers huit heures du soir. Tout le monde, à ce moment, se sent épuisé, sauf moi, peut-être, qui n'ai pas eu tant à faire dans la journée sinon tenir en main un petit appareil de vidéo. Markus imprime quelques clichés et les montre à Eva, qui est profondément étonnée de voir à quoi elle ressemble. Elle n'avait jamais cru que pareille chose aurait été possible.

Tout en cassant la graine dans la cuisine, nous continuons nos discussions et nos partages d'expériences, Mina et Eva comme amputées, Markus et moi comme fervents, et tous les quatre dans l'échange entre les deux communautés, ce qui ne se passe pas toujours de façon idéale, c'est le moins qu'on puisse dire. Je commence à ressentir des crampes dans la langue, à force de traduire sans arrêt ce que chacun dit d'anglais en français et vice versa.

Mina nous raconte des épisodes assez horribles de sa vie, mais aussi de celle de plusieurs de leurs modèles, maltraitées et humiliées dans leur pays à cause de leur infirmité. La plupart des modèles repartent complètement transformées après leur séance de photos. La jeune manchote, par exemple, qui n'avait pas voulu montrer son moignon à son petit ami pendant plus d'un an, envoie maintenant à Mina et Markus des photos d'elle-même en bikini sur la plage, avec le moignon bien exposé! Quand elle était venue chez eux, elle avait été amputée du bras droit bien au-dessus du coude deux ans auparavant. Elle confessa qu'elle ne pouvait presque plus rien faire rien qu'avec sa main gauche, mais avoua aussi qu'on lui avait à de multiples reprises affirmé qu'elle ne serait plus jamais capable de faire quoi que ce soit toute seule. Mais "je ne peux pas" ne fait pas partie du vocabulaire de Mina et Markus. Ils la mirent au défi de préparer et cuire un gâteau sans aide. Et, à son grand étonnement, elle finit par y arriver.

Au fil de la journée et de la soirée, les objectifs d'Ampworld.de apparurent de plus en plus clairs. Tant et tant de ces dames et demoiselles avaient entendu des avis définitifs du genre: "Vous n'allez jamais pouvoir marcher à nouveau", "Vous n'allez jamais trouver un homme qui veuille vous épouser", "Vous ne serez plus jamais en mesure de trouver un travail convenable", "Vous ne serez plus jamais bonne à rien" et d'autres considérations méprisantes du même genre. Après être passées chez Ampworld.de et s'y être fait photographier, l'image qu'elles se faisaient d'elles-mêmes et leur confiance en elles avaient été totalement transformées.

Pour Eva, le bouleversement ne fut pas aussi grand, en partie parce que, en Belgique où elle vit, les infirmes sont généralement traités avec égards. Elle avoua qu'elle n'eut pas grand mal à trouver un mari ni à élever ses quatre enfants. Le plus dur fut de trouver un mari qui l'accepte dans sa totalité. Elle regrettait aussi n'avoir pas pu connaitre d'autres femmes amputées. Maintenant qu'elle est passée par cette séance de photos et qu'elle a trouvé en Mina une autre femme amputée, sans compter notre statut de fervents, à Markus et à moi, Eva admet qu'elle verra désormais les choses d'un autre œil. Elle sait maintenant qu'il lui est possible de trouver un homme qui l'aimera telle qu'elle est, et en partie aussi, parce qu'elle est ce qu'elle est.

À une heure du matin, je déposais Eva devant sa porte. Sur le chemin du retour, nous nous étions encore perdus dans les environs de Roermond, à cause des travaux routiers, mais grâce à mon sens inné de l'orientation, nous avions retrouvé notre chemin. La journée avait vraiment été très intéressante tant pour Eva que pour moi.

Nous désirons exprimer tous nos remerciements à Mina et Markus pour leur accueil dans leur maison, leur gentillesse et leur professionnalisme tout au long de cette journée, ainsi que pour le travail extraordinaire qu'ils accomplissent avec Ampworld.de en changeant la façon dont nous considérons les handicapés, et particulièrement les femmes qui ont dû subir une amputation. Grâce à eux, ces femmes peuvent ainsi retrouver leur dignité et leur confiance en elles.

Cet article par courriel Cet article par courriel Imprimer cet article Imprimer cet article

This site also exists in English  -  © OverGround 2017