OverGround : {BANNER_TITLE}
Page d'accueil
Quoi de neuf?
Politique et mission
Articles
Ressources
Glossaire
Foire aux questions
Nous contacter
 

Articles

Théorie | Art | Témoignages | Articles

Cet article par courriel Cet article par courriel Imprimer cet article Imprimer cet article

La perspective du prothésiste

par Fritz

L'amputation au-dessus du genou et ses prothèses vues du point de vue du prothésiste:

Le type le plus fréquent d'amputation est celui effectué au-dessus du genou; c'est l'amputation AK (Above Knee). Dans cette opération le fémur, l'os de la cuisse, est habituellement divisé, et reste à l'intérieur du moignon. Dans certains cas le fémur entier est conservé et l'amputation est opérée en désarticulant le genou. Dans d'autre cas, le fémur entier est enlevé en désarticulant la hanche. Je discuterai des effets de l'amputation au travers du fémur, avec le maintien d'une partie de cet os.

Ayant traité un large nombre d'hommes et de femmes amputés, je suis bien informé des problèmes les plus fréquents causés par les amputations qui ne produisent pas de moignons appropriés à la pose de prothèses. Il est parfois nécessaire, en cas d'urgence, de procéder à l'amputation dans le but immédiat de sauver une vie et dans ce cas il peut ne pas être possible de construire un moignon idéal. Le moignon idéal pour le prothésiste est long, produit par une amputation à plus ou moins 10 à 15 centimètres au-dessus du genou. S'il est trop long, il n'y a pas assez d'espace pour placer l'appareillage du genou dans le membre artificiel. S'il est trop court, il n'y a pas assez de longueur disponible pour qu'il ait un bon contact entre le moignon et le manchon de la jambe artificielle, et, de plus, le travail du moignon dans sa capacité à "balancer" le membre en avant est limité.

L'amputation idéale :

L'amputation idéale au-dessus du genou laisse un moignon propre de taille moyenne, avec suffisamment de force musculaire résiduelle et une bonne circulation sanguine. La terminaison du moignon n'est pas en contact avec l'os, et la totalité du moignon peut être bougée librement et sans douleur. Idéalement, l'os doit être divisé à plus ou moins 5 centimètres du bout du moignon. Les gens qui ont une forte ossature ou qui ont une surcharge pondérale auront plus de probabilité d'avoir des problèmes avec leur moignon. Un moignon très court peut être idéal pour le patient qui ne porte pas de prothèse, mais du point de vue de l'aspect je crois qu'un moignon de taille moyenne est souhaitable pour satisfaire toutes les demandes.

L'amputation en bref :

Idéalement, le niveau de l'amputation doit être décidé en commun par le chirurgien, le prothésiste et la patiente. L'opération est menée en coupant au travers des tissus, les vaisseaux sanguins sont divisés et suturés et deux lambeaux sont découpés dans la peau et les muscles sous-jacents. Les lambeaux seront suturés ensemble et formeront l'extrémité du moignon. Ils sont d'abord présentés pour déterminer s'ils sont de bonne longueur, ensuite les bords saillants de l'os sectionné sont adoucis. Dans certains cas, les muscles sont attachés au fémur, en les nouant et en fixant les sutures en les passant au travers de trous forés dans l'extrémité de l'os. Les lambeaux sont ensuite cousus ensemble et un drain est inséré dans le moignon dans le voisinage des agrafes.

La première prothèse :

S'il y a du temps pour préparer l'amputation, il a put être décidé qu'une prothèse préliminaire devrait être fixée aussi tôt que possible après l'opération. Si cela doit être le cas, le moignon nouvellement construit sera couvert de plusieurs couches de chaussettes de moignon et une couche de plâtre de Paris sera appliquée comme s'il s'agissait de plâtrer une jambe cassée. Dans ce plâtre certains câbles seront attachés et à l'extrémité du moignon plâtré sera fixé un élément dans lequel un tube pourra être poussé. Le tube sera coupé à bonne longueur et un pied artificiel y sera attaché.

L'avantage est que la patiente a toujours une jambe ; après un jour de repos elle pourra se mettre debout pour quelques minutes, et mettre un peu de poids sur la prothèse. Après quelques jours, elle aura la possibilité de marcher sur de courtes distances, ce qui permet à la guérison de s'opérer plus rapidement que sans cet exercice.

La convalescence normale :

La patiente doit être rendue consciente, le plus rapidement possible après l'amputation, qu'elle n'a réellement plus qu'une seule jambe. La physiothérapie commence immédiatement avec des exercices destinés à empêcher les muscles de trop se rétracter. Déjà, même à ce stade, la patiente normalement ne souffre que peu de douleur.

Il y a toutefois des amputations qui rendent l'ajustement d'une prothèse quasiment impossible. Des personnes ayant perdu un membre des suites de maladies vasculaires, ou ayant souffert de pertes importantes de tissus des suites, par exemple, de brûlures, et celles ayant subit une amputation techniquement peu rigoureuse (os trop long, os adhérents aux muscles, etc,...) ont des problèmes avec les prothèses. D'autres personnes ayant des difficultés sont celles qui gagnent et perdent du poids en peu de temps et ceux qui rejettent les prothèses et ne peuvent accepter leur état d'amputées.

Normalement, toutefois, dans les deux ou trois semaines la patiente quitte l'hôpital et consulte un fabriquant d'appareillage. En Allemagne, sauf si une prothèse postopératoire a été fournie, la patiente ira au magasin d'appareillage pour se voir adapter une jambe artificielle. Cela sera fait comme suit : lors de la première consultation l'apparence du moignon est examinée pour déterminer la pression qu'il pourra supporter. La patiente doit êtreprésentée dans la position debout normale et un moule du moignon est réalisé. Plusieurs mesures des dimensions du moignon et de la jambe saine sont enregistrées, et un dessin de la jambe saine est réalisé. Ceci conclut le travail de la première consultation et la patiente est invitée à revenir deux ou trois jours plus tard.

Entre temps, le moule sera rempli de plâtre de Paris. Un mandrin sera inséré au milieu du plâtre. Le modèle sera formé en utilisant les mesures prises, et en prenant en compte la forme du moignon et en particulier la localisation des éléments subsistants, muscles et os, capables de soutenir la pression produite par le soutien du poids de la patiente. Même en position debout, le porteur d'une prothèse au-dessus du genou est pratiquement assis dans la prothèse si elle s'ajuste correctement. Le modèle est utilisé comme une matrice, et de la matrice un manchon en plastique est moulé. Ce manchon est placé sur un bâti dans lequel le pied et le genou artificiels ont déjà été alignés en utilisant les mesures précédemment collectées. Les parties seront jointes en utilisant un adhésif, quoique à ce stade le pied et le genou artificiels ne seront attachés qu'à un bout de tube coupé à bonne longueur.

Dans des conditions normales, un manchon à succion sera réalisé. Pour l'utiliser le patient porte une chaussette sur le moignon. Le manchon s'ajuste confortablement, l'insertion du moignon déplace l'air au travers d'une soupape, et la pression atmosphérique maintient le manchon fermement attaché au moignon. Le manchon est libéré en enlevant la soupape, autorisant l'air à entrer dans le manchon, égalisant les pressions à l'intérieur et à l'extérieur du manchon, permettant ainsi au moignon de s'extraire librement. Ce type de manchon n'est pas recommandé pour certaines patientes. Si c'est le cas, la patiente portera une chaussette sur le moignon et introduira simplement le moignon dans le manchon et une ceinture de hanche retiendra la prothèse sur le moignon.

Un autre type de prothèse au-dessus du genou est réalisé à partir de bois de saule. Ce type de membre est extrêmement léger et agréable à utiliser pour celui qui le porte. En vieillissant, les matériaux plastiques utilisés dans les autres types de membres artificiels finissent par sentir, mais le bois naturel reste doux. Souvent les femmes amputées préfèrent ce type de jambes car elles laissent plus de liberté, et sont plus faciles à porter que d'autres types. Elles peuvent être réalisées de telle sorte qu'elles s'ajustent correctement en variant le nombre de chaussettes de moignon en fonction des conditions.

Normalement, le pied artificiel est réalisé à partir d'une simple pièce en matière plastique ou en caoutchouc. Avec un pied de ce type, il ne peut être porté qu'une seule hauteur de talon. La patiente est équipée du membre artificiel; le moignon est ensuite examiné et la jambe essayée à nouveau. Si tout est satisfaisant, les premiers pas entre les barres parallèles seront effectués, et en une semaine la patiente devrait être capable de marcher assez correctement.

Les problèmes des amputées :

Même si le moignon est idéal, même si la prothèse s'ajuste bien, et même si la patiente est motivée au point d'avoir accepté son statut d'amputée, certains problèmes sont inévitables. Parfois le moignon grossit, à un autre moment il maigrit, parfois il y aura un sentiment que la prothèse ne s'ajuste pas du tout, et parfois le moignon devient douloureux. Il y a des moments où la patiente peut préférer ou être obligé d'utiliser des béquilles. Ce sont les raisons les plus vraisemblables pour lesquelles certaines amputées ne portent jamais, ou rarement une jambe artificielle. La cause la plus fréquente étant soit un membre artificiel mal ajusté ou un moignon auquel ne s'ajustent pas bien les formes normales de prothèses. Étonnement souvent, il a été fourni à la patiente une prothèse s'ajustant mal ; elle s'en est accommodé, l'utilise au mieux de ses possibilités, et s'est habituée à ses déficiences. C'est une expérience merveilleuse d'aider une patiente à marcher avec une prothèse correctement ajustée, peut-être après plusieurs années de lutte avec une prothèse inadéquate. Si les vieilles habitudes acquises à l'usage d'un membre artificiel mal ajusté peuvent être éradiquées, la démarche de la patiente peut être grandement améliorée, au point d'en être presque normale.

Les femmes amputées demandent souvent si elles pourront porter des talons hauts à nouveau. Si le moignon est normal et de longueur normale, et si elle est disposée à faire face à une considérable quantité d'exercices, elle sera capable de porter des talons aussi hauts que ceux qu'elle peut porter au pied de la jambe saine. Toutefois, elle aura besoin d'une prothèse spécialement dessinée à cet effet, faite pour une hauteur de talon déterminée, et qui ne sera d'aucun usage pour un talon d'une autre hauteur.

Les premiers pas en public :

Après une semaine, l'ajustement de la prothèse aura été effectué, et l'entraînement à la démarche aura commencé. La patiente essayera de marcher avec la prothèse en privé d'abord, en public ensuite. Dans les trois semaines suivantes, il sera probablement nécessaire de faire de nouveaux ajustements à la prothèse. Elle trouvera, peut-être à sa surprise, que la vie peut être relativement normale pour une amputée. Elle devra se réconcilier avec le fait de ne pouvoir faire certaines choses comme courir vite; mais il y a des consolations comme de ne pas avoir le pied mouillé quand il pleut! Les sentiments de son cercle d'amis et de connaissances s'ajustent également à ce qui lui est arrivé et ils s'habituent à son handicap. Elle peut également devenir consciente de l'existence des fervents et peut-être même des aspirants, quoique leur nombre restreint rend la chose peu probable dans la période de réhabilitation.

Certaines amputées en viennent à accepter et même apprécier certains aspects de leur nouveau statut. Au début, toutefois, l'amputation est vue comme un handicap sévère, ayant pour conséquence la perte d'amis et même parfois du travail. Ce ne peut être que plus tard que l'amputée découvre que certaines personnes existent pour qui son amputation est un attractif positif, et certaines amputées ne le découvrent même jamais. Il serait idéal, d'une certaine façon, que le fervent qui sait, au moins en théorie, ce qu'occasionne réellement le fait d'être amputé, peut rencontrer l'amputée par hasard, et si compatibilité il y a, engager avec elle une relation stable. Si elle peut accepter son handicap, et accueillir la réponse à celui-ci, cela peut donner naissance à une relation très heureuse.

Toutefois, toutes les expériences à ce sujet n'ont pas été qu'heureuses. J'ai lu le récit d'une jeune femme qui affirmait être devenue malade d'être le sujet de l'attention de fervents. Elle était malade d'entendre le mot "moignon" et pensait que ce n'était que parce qu'elle avait un moignon que les hommes voulaient sortir avec elle. J'aimerais demander à cette jeune fille si elle aurait été plus heureuse si les hommes l'évitaient à cause de son handicap. Je pense qu'elle devrait être satisfaite, et de choisir quelqu'un qui aime tout en elle.

Quelques cas en bref :

Bien sûr, il y a d'autres types d'amputation, et également des amputations bilatérales. Je me souviens d'une dame qui avait un moignon de taille moyenne au-dessus du genou, un normal au-dessous du genou, et une amputation du bras droit au dessus-du coude. Elle était capable de marcher avec des hauts talons. Elle était mariée à son troisième mari, avait six enfants, et était exactement le type de fille que tout le monde recherche. Elle savait qu'elle était attirante, et parlait volontiers de ses moignons et de sa condition.

Une autre dame, amputée au-dessus du genou, était professeur. Elle portait des hauts talons, et pouvait passer des heures dans la salle de marche en observant sa propre réflexion dans le miroir. Son amie était toujours avec elle. Elle avait l'habitude de montrer sa jambe et la façon dont elle marchait aux gens présents dans la salle.

Une autre jeune femme amputée au-dessus du genou avait perdu sa jambe pour ne pas avoir eu la patience nécessaire après s'être cassé la jambe. Elle était très ouverte sur le sujet et est devenue une amputée idéale.

J'ai eu l'opportunité de parler à une femme qui avait une amputation bilatérale au-dessus du genou. Elle avait perdu ses jambes en essayant de se suicider sur les rails d'une voie ferrée. Elle me disait qu'elle ne regrettait pas ce qu'elle avait fait malgré le handicap sévère que cela représentait. Les seules expériences désagréables avaient été avec ses médecins et ses proches après les amputations.

Un désir commun, spécifiquement chez les jeunes femmes, est d'avoir une amputation au-dessous du genou se voir transformée en une amputation au-dessus du genou. J'ai eu une amie qui souhaitait cela pour pouvoir mieux marcher quand elle ne portait pas sa prothèse. J'ai également connu une femme avec une amputation au-dessus du genou qui désirait voir l'autre jambe amputée également de telle sorte qu'elle pourrait être plus grande, et parce qu'elle n'aimait pas l'apparence de la jambe saine.

Cela peut vous surprendre, mais j'ai occasionnellement demandé à des amputées ce qu'elles ressentaient par rapport à leur handicap. Souvent la réponse est qu'elles se débrouillent bien malgré le handicap, et même l'une d'entre elles m'a avoué qu'elle aimait bien ça et que sa jambe ne lui manquait pas. J'ai connu un jeune garçon qui est devenu le chouchou de toutes les filles après avoir perdu sa jambe.

La plupart des amputées affirment qu'elles se sentent bien sans la jambe artificielle juste en marchant avec des béquilles. Certaines amputées admettent qu'elles aiment marcher en public avec des béquilles : elles apprécient les sentiments et l'attention que cela suscite. À ma connaissance, la plupart des amputées abandonnent leur prothèse à la maison lorsqu'elles sont en privé, mais certaines amputées affirment se sentir incomplètes sans la jambe.

Les cas dont je viens de parler sont des exceptions : très souvent il est difficile d'entrer en contact avec des amputées, qui sont habituellement peu désireuses de parler librement de leur situation. Mon expérience personnelle, toutefois, est telle que presque toutes les femmes amputées aiment qu'on leur dise qu'elles sont agréables à regarder avec leur moignon, ou qu'elles ont un joli moignon. Parfois même, elles admettent qu'elles passent du temps à observer leur anatomie changée dans un miroir; et si vous commencez à bien les connaître, elles en arrivent même à vous demander ce que vous pensez de leur moignon, de la façon dont elles marchent et d'autres choses du genre.

Chaqu'un devrait déterminer pour lui-même s'il s'agit juste d'un mobile sexuel qui fait que l'on ai soit le désire d'avoir une amputation soit d'avoir une relation avec une amputée.

Depuis l'âge de treize ans, j'ai été un fervent et un aspirant, malgré tous les problèmes dont je suis informé à ce sujet. Pour moi-même, je souhaiterais une amputation au-dessus du genou également. Un jour j'ai eu l'occasion d'obtenir une amputation, mais, à cette époque, je n'étais pas prêt à y faire face. J'ai décliné la proposition, et présenté mes excuses, malgré que je sache que cette fille m'aurait aimé même si j'avais été un amputé. J'ai également décliné, et présenté mes excuses, lorsque j'ai eu l'occasion d'épouser une fille qui était une amputée.

Je crois que cela prend trop de temps pour décider, et vous ne pouvez pas trouver les moyens pour être informé. Vous hésitez à admettre ce que vous aimé.

Quoiqu'il en soit, si vous trouvez une fille attirante uniquement à cause de son handicap : oubliez! Si vous la trouvez attirante à cause de son handicap et à cause de tout le reste, ou la plupart du reste, essayez de devenir plus proche d'elle. Ne parlez pas de vos préférences, ne lui dites pas que vous êtes quelqu'un qui est spécifiquement attiré par les filles qui sont amputées. Parlez de toutes les choses du monde, sortez avec elle, ignorez son handicap.

Finalement, elle en viendra à vous en parler si elle a le désir de vous être plus proche. Elle vous dira, si vous ne l'aviez pas remarqué, qu'elle marche en boitant légèrement. Elle vous parlera d'une histoire longue et triste au sujet d'un accident ou d'une maladie. Elle vous parlera d'autres filles avec le même handicap et vous demandera si vous avez quoique ce soit contre. Bien sûr que vous n'aurez rien contre. Ne lui demandez jamais de porter des talons hauts, sauf si elle vous le demande. Ne dites rien au sujet de la prothèse, et ne lui dites pas que vous souhaiteriez la voir.

Elle vous montrera combien elle s'y prend bien à tout faire, et vous pourrez lui laisser choisir ce que vous ferez lorsque vous sortez ensemble. Ne lui parlez pas de vos talents de tennisman ou d'athlètes, parlez plutôt d'aller au concert, ou de l'emmener au restaurant. Laisser là se sentir libre en votre présence. Elle vous donnera tout ce que vous pouvez souhaiter si vous l'aimez.

Elle se connaît très bien. Elle sait que la plupart des partenaires potentiels ne sont pas intéressés par une fille qui est une amputée. C'est pourquoi, il est de son intérêt de découvrir que vous pourriez être un partenaire pour la vie, si vous pouvez accepter son handicap, et que vous pouvez faire face à une danse, par exemple, alors que votre femme ne danse pas parce qu'elle est une amputée. Elle vérifiera que vous pouvez faire face avec le fait de vivre avec elle si elle a des problèmes avec son moignon. Vous également, vous devriez considérer toutes ces choses, et si vous êtes prêts à vivre avec les problèmes, allez-y et soyez heureux. Si finalement vous en venez à dévoiler votre secret, elle rira et vous dira qu'elle a déjà remarqué et assumé que vous aimiez son amputation.

A propos, les moignons sont généralement très sensibles au toucher, et l'extrémité du moignon peut l'être particulièrement. Toutes les amputées aiment que leur moignon soit massé, et toutes les filles que je connaisse ont toutes trouvé un certain degré de plaisir à se faire masser le moignon, et spécialement son extrémité.

Certaines femmes amputées sont choquées si vous leur avouez vos préférences, et en effet, la plupart ont besoin d'un certain temps pour s'y faire, et de se faire une idée de la façon d'y répondre.

Un jour, j'ai laissé une lettre au bureau dans laquelle j'expliquais que j'étais un fervent et un aspirant. Certaines femmes en ont parlé : certaines voulaient savoir plus au sujet de mes sentiments, certaines pensèrent que j'étais fou. La femme qui travaillait au bureau voisin au mien, m'expliqua qu'elle n'avait rien contre les gens comme moi ; l'idée fit son chemin dans son esprit, elle développa des sentiments de fervention, et fini par s'imaginer elle-même comme une amputée.

Que pouvez-vous faire pour satisfaire vos désirs?

Je pense que vous devriez examiner vos sentiments et devriez décider si vous êtes réellement un fervent ou un aspirant ou si vous n'avez ces sentiments que de temps en temps. Dans tous les cas, vous devriez entrer en contact avec ceux qui partagent vos sentiments, avec les organisations qui éditent des publications en relation avec tous les aspects de vos sentiments. Vous devriez parler librement à d'autres personnes de vos préférences. Si vous cachez vos sentiments, et vous cachez vous mêmes, vous n'aurez jamais l'opportunité de les satisfaire. Il y a trop peu de partenaires potentiels disponibles. Ne perdez pas de temps! J'en parle comme quelqu'un qui a eu plus d'opportunités que des millions d'autres hommes qui ne travaillent pas dans le domaine des prothèses. Je regrette aujourd'hui d'en avoir tant gaspillé.

Si vous parlez librement de vous-mêmes, vous trouverez que d'autres en font autant, vous trouverez que d'autres partagent vos sentiments, d'autres qui sont comme vous : vous n'êtes pas seuls. Vous pouvez prendre des contacts avec des groupes dans d'autres pays si vous souhaitez rester anonymes.

Je pense qu'avant de devenir trop proche dans votre relation avec votre partenaire normale, vous devriez lui parler de vos désirs spéciaux. Vous pourriez commencer par parler d'une ancienne petite amie que vous venez juste de revoir et qui a perdu un bras ou une jambe, et qu'elle se débrouille bien malgré son handicap. Mentionnez cela à nouveau à l'occasion. Votre partenaire dira : "si tu l'aimes tellement, pourquoi ne l'épouses-tu pas?". Alors, vous pourrez lui expliquer que vous n'aimez qu'elle, mais qu'à l'occasion vous êtes attirés par des femmes qui sont amputées. Si vous êtes intéressés par les jeux de rôles, c'est le moment de lui présenter vos béquilles. Vous pourrez lui expliquer que marcher avec des béquilles est un bon exercice. Il se peut qu'elle souhaite participer également. Ce sera alors le moment de parler des publications traitant des sujets liés aux fervents et aux aspirants dans lesquelles elle trouvera des explications. Elle les lira et elle acceptera vos sentiments... ou vous quittera.

Si vous la perdez, ce serait bien mieux que de vous marier avec une personne qui ne peut accepter vos préférences. Vos préférences ne diminueront jamais : elles feront toujours partie intégrante de vous-mêmes, quoiqu'il vous arrive, que vous soyez riche et heureux et aussi jolie soit votre femme.

Seuls le contact et le support d'un groupe vous donneront la chance de parler et peut-être de réaliser vos désirs. Si nous sommes nombreux, nous pourrons faire cela en public. Des amputés, des fervents et des aspirants des deux sexes en entendront parler et de nouvelles opportunités s'offriront. Pourquoi ne serait-il pas normal de sortir de l'ombre et d'affirmer que vous souhaitez une amputation ou que vous êtes attirés par les femmes qui sont amputées? Nous ne sommes pas des criminels. Nous avons des désirs spéciaux et le droit de les assouvir, ou au moins d'en être soulagés.

Il y a des gens qui ont des désirs dangereux, tels que les alpinistes, les coureurs automobiles, les fumeurs, les buveurs, les plongeurs, et d'autres du genre, et ils sont acceptés socialement. Même les homosexuels sont OK. Il est temps que nous montrions que nous ne sommes pas une minorité de dingues. Nous somme des gens assez normaux dont les intérêts ne blessent personne en quoi que ce soit.

Cet article par courriel Cet article par courriel Imprimer cet article Imprimer cet article

This site also exists in English  -  © OverGround 2017